Accueil

Vous êtes décideur économique, vous souhaitez
comprendre les enjeux avant d'agir, vous avez conservé
votre esprit critique, vous acceptez de confronter vos idées
à d'autres, différentes, impertinentes...
vous êtes au bon endroit.

Stratégie et Ressources Humaines

 

Ceci est le second article de notre série sur les leviers de la stratégie. Après avoir vu le rôle de l'information, intéressons-nous à cette ressource primordiale. Sans « Ressources Humaines » pas d'entreprise pérenne.

 

C'est « là » qu'est capitalisée toute l'intelligence nécessaire à la « vie » de l'entreprise. Bien sûr, cette ressource est sans doute la plus difficile à diriger ; c'est un peu comme les clients qui sont exigeants, les hommes et les femmes de nos entreprises ont aussi des demandes qui les rendent difficilement corvéable à merci … et en plus ils veulent être payés (chaque mois même!) et représentent souvent le premier poste de dépense que nous ayons.

 

Mais il faut bien reconnaître que c'est sans doute un des aspects les plus motivant de nos activités de dirigeants (si, si, j'insiste!). Je sais, « ils » ne sont pas investis, « ils » ne comprennent pas ce que l'on attends d'eux, « ils » n'ont plus de conscience professionnelle, … en un mot, c'était mieux avant ! Et je ne vous parle pas de la génération Y qui …

 

Je l'entend souvent ce « ils », nous l'utilisons dès que nous n'avons plus prise sur les choses. Dès que nous ne comprenons plus, c'est « qu'ils » n'ont pas … dès que nous n'avons pas pris les bonnes décisions c'est encore ce « ils » qui est accusé de nos malheurs, chaque fois que nous avons l'impression que tout nous échappe … encore ce « ils » qui n'est pas à la hauteur …

 

Et si « ils » n'étaient pas investis parce que nous ne leur en laissons pas la place ? Parce que nous avons oublié de mettre en place les conditions de leur investissement ?

 

Plus sérieusement, interrogeons nous sur ce qui fait que l'entreprise reste une des dernières aventure humaine qui nous soit proposée. Alors, en quoi les hommes constitue-t-ils une des ressources de la stratégie ? Disons tout simplement parce que ce sont eux qui détiennent l'intelligence de l'entreprise. N'oublions pas que la stratégie est une démarche qui permet d'inventer et de construire demain. Et pour inventer il faut réfléchir, raisonner … pour construire aussi d'ailleurs.

 

Autant le dirigeant peut développer une vision de demain, se construire mentalement une représentation du monde dans lequel son entreprise évoluera et même imaginer comment il souhaite positionner son entreprise demain … mais pour passer de la vision à la réalité il va falloir mobiliser les intelligences.

 

Ce sont les mêmes qui ont construit les pyramides ou les cathédrales hier. Ce sont les mêmes qui ont marché sur la lune. Ce sont aussi ceux encore qui ont mis à plusieurs reprise l'Europe à feu et à sang au cours de l'histoire. La nature humaine est ainsi faite qu'elle attends toujours celui qui saura l’exalter, la faire rêver, lui faire miroiter … des avenirs meilleurs.

 

Les hommes sont prêts à croire que « demain on rase gratis » … il suffit pour s'en persuader de repasser le film de toutes les dernières campagnes électorales … Quand je dis « les hommes », gageons que l'acception est valable pour les femmes également ! L’espérance et la croyance sont deux choses bien partagées. Messie, je vous le jure ...

 

Au delà de la boutade et du jeu de mots, c'est une constante humaine que les visionnaires, s'ils ont a minima le don de persuasion, sont capables d’entraîner les foules … le problème survient quand celui qui n'a que les capacités de communication parvient à entraîner des foules dans des aventures … disons aventureuses … ce phénomène est toujours plus simple à provoquer lorsque les foules en question sont incultes, analphabète et/ou pauvres, ignorante, … de tout temps un tel terreau à toujours permis aux intégristes ou aux dictateurs de tout poil de mobiliser l’ignorance au profit de leurs visées mortifère ou despotiques.

 

Mais une telle chose n'est certainement plus d'actualité dans un monde de la connaissance … car la société de demain sera celle de la connaissance nous promet on. Vision un peu courte de la situation qui oublie que cette affirmation ne sera vrai que quand l'ignorance aura fortement reculé. Il me semble que ce n'est pas encore le cas … mais je peux me tromper !

 

À l'échelle mondiale (il faut bien raisonner à cette échelle puisque nous vivons dans une mondialisation mise en œuvre à pas forcé depuis une petite génération ), à l'échelle mondiale donc, je n'ai pas le sentiment que l'ignorance aie autant reculé que cela … et ce, quel que soit le pays, ne pensez pas que je montre du doigt un pays plutôt qu'un autre. Les formes de l’ignorance prennent des aspects différents, de l'analphabétisme au cerveau de téléspectateur disponible … vous avez un choix large, une gamme étendue, une profondeur dans les possibles, des nuances à faire pâlir n'importe quel apprenti fürheur, leader, ayatollah, chef (rayer la mention inutile) …

 

Mais revenons à nos ressources humaines dans le cadre de notre PME. Ne croyez pas que je me soit éloigné tant que ça ! Ce que le dirigeant de PME doit mobiliser pour traduire sa vision en acte, c'est bien l'intelligence de ses troupes ! Les entreprises qui réussissent leur adaptation sont bien celles qui tirent leurs salariés vers le haut, celles qui investissent dans la formation, celles qui mettent en place les conditions pour que les énergies s'organisent et tendent vers le même objectif … Nous sommes bien là dans le cadre stratégique, tendre vers une finalité commune, en construisant sur des valeurs partagées, en mobilisant les énergies pour déplacer les montagnes … n'est-ce pas cette énergie qui fait avancer le monde depuis qu'il est monde ? Ce qui a permis de construire pyramides, mosquées, temples et autres formes de cathédrales ou de Bouddha géant ?

 

N'est-ce pas cette espérance dans une vie meilleure, cette volonté d'infléchir le futur pour que les lendemains chantent qui ont fait les grandes (r)évolutions, quelles soit sociales, industrielles, politiques, religieuses, … ?

 

Vous allez dire (ou penser) que je m'emballe et que je mélange tout … peut être avez vous raison ? Mais vous oublierez alors qu'inventer demain est une des dernières aventures humaines qui nous reste à vivre. Plus aucune terra inconita, plus le moindre bout de terre où la main de l'homme n'ai posé le pied ! Les rêves de conquête de l'espace et la fuite vers d'autres cieux est retombé comme le soufflet à la sortie du four ! Quelle place reste-t-il pour que l’intelligence humaine s'exprime ? Dans quel discipline exercer cette capacité unique qu'est notre faculté collective à inventer, à imaginer, … et à construire ?

 

Alors, pour ça, il y a peu de solutions … la politique ne semble plus être capable d'influencer grand chose … sauf à mettre en œuvre une grande réforme … la dictature n'est plus en odeur de sainteté et semble passer de mode … quant à proposer un (ou plusieurs) nouveau dieu, une nouvelle croyance … certes, il y a là une possibilité … en maintenant, augmentant, diffusant l'ignorance, en organisant la peur de l'altérité, la crainte de l'autre, …

 

La réponse aux enjeux qui sont devant nous implique que nous mobilisions les intelligences pour inventer des solutions nouvelles. Les enjeux ? Nous nous en faisons l'écho chaque jour : démographique (comment allons nous vivre ensemble à plus de 7 milliards ?) et toute sa traîne de conséquences : alimentaire (comment nourrir), santé (comment soigner) énergétique (comment produire, chauffer, déplacer, …), … sans parler du reste, tout aussi nécessaire à la vie ensemble : comment éduquer ? quels processus de décision dans cette mondialisation en route ? quelle dose de démocratie pour une gouvernance qui devient mondiale ? Et je vous fait grâce du cortège d'interrogations qui en découle.

 

Ce qui est certains, c'est que demain sera différent de ce que nous connaissons … voire différent de ce que nous sommes capable d'imaginer. Que les blocages que nous constatons devront sauter … et que nos organisations d'entreprise devront être différentes de celles existant depuis trop longtemps.

 

Demain, il ne sera pas possible de continuer à fonctionner comme hier. L'époque du Taylorisme et autres modes d'organisation est bientôt révolue. Faut il s'en réjouir ? Ou le déplorer ? La question n'est pas là !

 

Tentons plutôt de regarder devant et d'imaginer comment mettre en place les conditions pour libérer les intelligences ? Voilà une question qu'elle et bonne ! Bien sûr nous n'éviterons pas qu'une part de la mission des troupes soit consacrée à des actes de production, répétitifs, pas très épanouissants, où l'objectif sera l'efficacité, la production à l'identique et à coûts minimum ... bref, le quotidien …

 

Mais quelle part réserver à l'imagination ? Quels temps consacrer à l'innovation ? Quelles nouvelles formes d'organisation inventer pour que les conditions soient présentes et favorisent la construction d'une œuvre commune ?

 

Allez à l'article chapeau

Aller à l'article précédant

Aller à l'article suivant

 

Abonnez-vous

DUBITARE ne possède pas une kyrielle de millions d’Euros pour s’offrir une campagne marketing, ni de célèbres sponsors, mais nous avons bien mieux : VOUS.

Vous appréciez notre travail, n’hésitez pas à en parler à votre entourage, vos amis, vos confrères, vos relations professionnelles ou encore écrire un article faisant référence à notre travail.

Partager la bonne parole :